‘Transformables’ by Peter Lowe (fr)

Au début des années 60, je réalisai une série d’objets transformables prenant la forme de reliefs avec des éléments mobiles et de constructions comprenant des balanciers.

Image
Reproduced in Motif 9, p. 53-54, 1962, Shenval Press Ltd

La Fondation Cornélius m’offrit la chance à l’été 2013 de travailler à Lagamas dans le Sud de la France. Cela m’incita à revisiter des projets inachevés, qui seraient sinon restés dans les cartons. L’un de ces projets était une construction transformable datant de 1960, consistant en un ensemble de tiges en métal identiques, assemblées de telle sorte qu’elles s’articulent horizontalement. Une maquette préliminaire fut réalisée pour moi à Lagamas. A mon retour sur Londres, je commandai auprès d’une société spécialisée en ingénierie la fabrication de deux versions plus grandes en acier inoxydable. Section ronde d’une part, section carrée d’autre part.

'Transformable construction', Peter Lowe and Mark Sheldon Ross, Lagamas 2013
‘Transformable construction’, Peter Lowe and Mark Sheldon Ross, Lagamas 2013

Les pièces transformables permettent à l’artiste de transférer partiellement la décision esthétique à d’autres de sorte qu’ils influencent l’apparence de l’œuvre de façon imprévisible. Les rôles sont inversés: l’artiste devient passif alors que le spectateur devient actif.

'Transformable construction' (round rods version), stainless steel, dimension of elements 10cm x 1cm © Peter Lowe 2013
‘Transformable construction’ (round rods version), stainless steel, dimension of elements 10cm x 1cm © Peter Lowe 2013 DACS

Quand on manipule les yeux clos les tiges en métal de mes constructions, on ressent des émotions différentes de celles du visible. Par exemple, la perception de la dureté et de la froideur du métal, le bruit émis par chaque élément en se cognant aux autres, le silence entre les sons. Ayant brièvement pénétré un monde tactile, l’on ouvre les yeux et découvre le résultat imprévu de ses manipulations. On remarque les reflets, les ombres et la structure dans son entièreté; une expérience complexe mais plus détachée que le touché à l’aveugle.

Cette série d’objets transformables s’appuie en premier lieu sur le principe de rotation. Les éléments furent fabriqués sur un tour d’ingénieur et limités à une rotation horizontale dans leur structure actuelle. A moins qu’ils ne se rencontrent, chaque élément peut pivoter à 360 degrés. Ces contraintes et envergures de mouvement définissent les caractéristiques formelles de ces constructions.

'Transformable construction' (round rods version), stainless steel, dimension of elements 10cm x 1cm © Peter Lowe 2013 DACS
‘Transformable construction’ (round rods version), stainless steel, dimension of elements 10cm x 1cm © Peter Lowe 2013 DACS

La proportion des éléments les composant déterminent l’identité de ces objets, de même que le profil carré ou rond de la section des tiges, dont il me fut suggéré qu’il pouvait être associé à une identité masculine ou féminine. Il n’était pas dans mon intention d’introduire la notion de genre, seule celle de forme, mais si ces perceptions viennent à être associées à mes créations, je les accepte ainsi que toute autre interprétation.

Une construction transformable se situe à la frontière entre une sculpture cinétique et un happening impliquant la participation physique du public. Bien que tout art soit interactif – l’œuvre transformable ultime étant une boite contenant des fournitures d’artiste – mes Transformables aujourd’hui se définissent par l’intervention tactile directe et l’expérience associée plutôt que la robotique et le cinétique.

Peter Lowe, 8 décembre 2013