IMG_2600The three poems of The Passion of Lagamas are a conceit describing the scene of the last supper, the betrayal and passion of Christ in the contemporary location of the village of Saint Jean-de-Fos, and the Château de Lagamas in the Languedoc region of Southern France.

The Garden of Gethsemane of Saint Jean-de-Fos. The scenario unfolded one morning in a café in the square of Saint Jean-de-Fos, a village on the pilgrimage route Via Aegidiana leading from Arles via the Camino Francés to Santiago de Compestala. The denouement of the figures in the square gradually suggested some sort of ritual or theatrical performance. The idea of a biblical interpretation emerged through the figure of a waitress who smiled charmingly and swayed her hips through the tables and became Mary Magdalene. From there the other figures emerged, and motorbikes, cyclists, workmen, birds and bells were all alotted their place. I wrote notes and phrases in pencil in a notebook and the poem was largely written in situ and subsequently worked on slightly to add in the correct names of the disciples. The title of the original poem – The Vision of Saint-de-Fos incorporated a slightly absent or hallucinatory feeling, in homage to the Vision of Fatima, with biblical figures and events borrowed from their chronological place.

 The central theme of the poem is betrayal. The observer or reader is Judas Iscariot who realises only in the word – Witness – the consequences of his betrayal.  The last line – Noli me tangere – Ne Me touche Pas – is whispered by an ‘off poem’ Jesus. The poem is built up in structures of three as references to the impending triple crucifixion and Judas’ thrice denial. I wanted to create the feeling of  the event building and the sudden realisation that the crucifixion was going to happen as Judas had caused it in his imagination. And the idea of Judas as the outsider – the name Iscariot has been interpreted as the ‘assassin’ or the ‘red-haired’ (red hair is always a dangerous symbol in the bible). Judas is a metaphor for the artist/writer as in a philosophical sense events are only known as they are observed and recorded.

Musarc choir, detail. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.
Musarc choir, detail. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.

The influences are derived from various sources. Occitan poetry and tales of love and troubadors, Jean Cocteau’s film of Orphée, and the York Medieval Mystery Plays contributed to the conceit. Some personal emotions are related to the artist’s residency at the Château de Lagamas.  The three poems of The Passion of Lagamas are infused with the spirit as well as the direct references to people, art and food at the Château de Lagamas. But not everybody is referenced, and not every image in the poem has a specific reference, and elements of wit and mischief are merged with the profound. Most importantly, the poem is a celebration of communal creativity, love and respect between the participants at Lagamas.

The poem was read at the residency in Lagamas in August 2013, and in January 2014 to the Musarc ensemble, in London. I sing Bass with the choir and The Last Supper at the Château de L’Agamàs and The Passion at the Mount of Olives of L’Agamàs, were commissioned by Joseph Kohlmaier, artistic director of Musarc to be performed with The Garden of Gethsemane of Saint Jean-de-Fos as The Passion of l’Agamàs and Jepthe, at the Cass Faculty of Architecture and Design, London on April 4th 2014.

Musarc rideau (xx, yy, Jeremy Hunt, Joseph Kohlmaier), photo by Yiannis Katsaris, 2014
Musarc rideau (Melanie Pappenheim, Cathy Heller Jones, Jeremy Hunt, Joseph Kohlmaier). Photo by Yiannis Katsaris, 2014.

The Last Supper at the Château de L’Agamàs and The Passion at the Mount of Olives of  L’Agamàs were conceived as poem / librettos to be performed by Musarc, maintaining the structure of the first poem but extending the themes. The Last Supper borrowed characters from the Old Testament to maintain a theme of betrayal, and developed a theme around the idea of courtly love, song, food, sound, music set in a garden and there are references to people and events from the 2013 residencyThe Passion at the Mount of Olives of  L’Agamàs is a more theatrical presentation conceived as a perfomance with Musarc with Occitan songs added, and sung by the choir. The poems were performed within a repertoire of five 15th-17th century madrigals and songs by Henry Purcell, William Cornyshe, Orlando di Lasso, Claude Le Jeune, and Claudio Montiverdi conducted by Cathy Heller Jones. These were presented within a café setting echoing the original café in Saint Jean-de-Fos, staged and directed by Melanie Pappenheim. The second half of the performance presented Giacomo Carissimi’s Jepthe continuing the theme of sacrifice, devotion and betrayal.

The Menu was made for the Musarc ensemble to celebrate the performance on April 4th, linking the shared creative processes of writing / singing / cooking. The recipes are based on Provençal and Italian traditions and are symbolic of the last supper, betrayal and passion of Christ. They also refer to the conviviality of the shared table at the Château de Lagamas.

By and for the Musarc ensemble – April 4th 2014  |  Par et pour l’ensemble Musarc – 4 avril 2014

Madrigals and Poems | Madrigaux et poèmes

1  Henry Purcell, I gave her cakes and I gave her ale  17c
2  William Cornyshe, A robin, gentle robin  15c
3  The Last Supper at Château de L’Agamàs
4  Orlando di Lasso, Matona mia cara  1581
5  The vision of Saint Jean-de-Fos
6  Claude Le Jeune, Revecy venir du printans  16c
7  The Passion at the Mount of Olives of L’Agamàs
8  Claudio Monterverdi, Lasciate mi moriro  1567

A menu | Un menu

Une touche de Sel

Pissaladière – onion confit, sundried tomatoes, anchovies, olives, fresh basil and thyme, Parmesan cheese, sundried tomato pastry
Tarte aux légumes du printans – aubergine, courgette, tomato, yellow onion, parmesan, mozzarella, goat cheese, fresh basil
Tarte aux épinards – spinach, onion, mozzarella, pesto, black olive pastry

Un rayon de Miel

La Passion de Lagamas – orange and almond
Noli me Tangere – Torta di Riso
L’Amour de Salomé – une belle surprise – coconut, lime and passion fruit

 

Les trois poèmes de La Passion de Lagamas sont un artifice pour décrire la scène du dernier souper, la trahison et la passion du Christ dans le contexte contemporain du village de Saint Jean-de-Fos et du Château de Lagamas, dans la région du Languedoc, dans le sud de la France.

Musarc Choir. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.
Musarc Choir. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.

Le Jardin des Oliviers de Saint Jean-de-Fos. Le scénario fut élaboré alors que j’étais assis un matin à l’un des cafés de la place de Saint Jean-de-Fos, un village sur la Via Aegidiana menant d’Arles via Camino Francés à Saint-Jacques-de-Compostelle. Le déroulement des personnages défilant sur la place m’évoqua progressivement une sorte de rituel ou de représentation théâtrale. L’idée d’une interprétation biblique se formait à travers l’observation d’une serveuse au sourire enjôleur et au déhanchement prononcé entre les tables, qui devint Marie-Madelaine. De là naquirent d’autres figures et les motos, cyclistes, ouvriers, oiseaux et cloches prirent leur place. Je gribouillai des notes et quelques phrases dans mon calepin et l’essentiel du poème prit forme in situ, ne le reprenant plus tard que pour y ajouter le nom correct de chacun des disciples. Le titre du poème originel – La Vision de Saint Jean-de-Fos, intègre une impression légèrement floue ou hallucinée, en hommage à la Vision de Fatima, avec les personnages et épisodes bibliques empruntés à la chronologie canonique. Le thème central du poème est la trahison. L’observateur ou lecteur est Judas l’Iscariot, qui ne réalise les conséquences de son acte que dans le mot Témoin. La dernière ligne – Noli me tangere – Ne me touche pas – est murmurée par un Jésus hors champ. Le poème est construit selon une répétition de structures ternaires en référence à la triple crucifixion imminente et du triple déni de Judas. Je voulais créer l’impression que l’intrigue se construit et de la soudaine prise de conscience que la crucifixion est sur point de survenir comme dans l’imagination de Judas. Et l’idée de Judas en tant qu’outsider – le nom Iscariot a été interprété comme le synonyme d’ « assassin » ou « rouquin » (les cheveux roux sont toujours un symbole dangereux dans la Bible). Judas est une métaphore pour l’artiste/écrivain au sens philosophique où les évènements ne sont connus que s’ils sont observés et consignés.

Jeremy Hunt. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.
Jeremy Hunt, Musarc rehearsal. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.

Les influences découlent de diverses sources. Certaines émotions personnelles ont trait à la résidence d’artistes au Château de Lagamas. La poésie occitane et la geste du troubadour ont certainement inspiré cet artifice. L’influence du film Orphée par Jean Cocteau et les Mystères Liturgiques de York se font aussi sentir. Les trois poèmes de La Passion de Lagamas sont emprunts de l’essence mais aussi de références directes aux personnes, art et nourriture assemblées au Château de Lagamas. Mais tous les résidents ne sont pas mentionnés, et les images du poème ne font pas toutes référence à Lagamas, alors qu’une bonne dose d’humour et de malice se conjugue au sérieux. Essentiellement, le poème célèbre la créativité collective, l’amour et le respect entre les participants de la résidence à Lagamas.

Musarc performance, photo by Yiannis Katsaris, 2014.
Musarc performance. Richard Mackenzie, lute and recorder; Peter Twitchin, organ. Photo by Yiannis Katsaris, 2014.

Le poème fut lu lors de la résidence à Lagamas en août 2013, et en janvier 2014 devant l’ensemble Musarc, à Londres. Je chante basse dans ce choir et Le Dernier Souper au Château de L’Agamàs et La Passion au Mont des Oliviers de L’Agamàs sont une commande de Joseph Kohlmaier, directeur artistique de Musarc, pour être interprétés avec Le Jardin des Oliviers de Saint Jean-de-Fos sous le titre La Passion de L’Agamàs et Jepthe, à la faculté Cass d’Architecture et Design, à Londres le 4 avril 2014.

Le Dernier Souper au Château de L’Agamàs et La Passion au Mont des Oliviers de l’Agamàs sont conçus comme librettos pour le choir Musarc, en conservant la structure du premier poème tout en en développant la thématique. Le Dernier Souper emprunte certains personnages du Vieux Testament pour préserver la matière de la trahison, et y mêle le thème de l’amour courtois, du chant, de la nourriture, des sons et musique dans le cadre d’un jardin en y intégrant des personnes et évènements de la résidence de 2013. La Passion au Mont des Oliviers de l’Agamàs offre à dessein une présentation plus théâtrale avec l’ajout de chants occitans pour le choir. Les poèmes sont entremêlés à un répertoire de madrigaux datant d’entre le 15ème et le 17ème siècles, par Henry Purcell, William Cornyshe, Orlando di Lasso, Claude Le Jeune, et Claudio Montiverdi. La mise en scène autour d’un café dans l’esprit de celui de Saint Jean-de-Fos, fut orchestrée par Melanie Pappenheim. La deuxième partie de la représentation présentait Jephté par Giacomo Carissimo, filant les thèmes du sacrifice, de la dévotion et de la trahison.

Le Menu fut élaboré pour l’ensemble Musarc en vue de célébrer la représentation du 4 avril, liant les processus créatifs que sont l’écriture, le chant et la cuisine. Les recettes s’inspirent des traditions provençales et italiennes et sont symboliques du dernier souper, de la trahison et de la passion du Christ. Elles sont aussi un hommage à la convivialité de la table au Château de Lagamas.

Musarc Choir performing at the Metropolitan University, London. Photo by Yiannis Katsanis, 2014.
Musarc Choir performing at the Metropolitan University, London. Photo by Yiannis Katsanis, 2014.